Actualité à la Hune

49e Solitaire Urgo-Le Figaro

Sébastien Simon avale le golfe et prend le pouvoir

La première étape de la 49e Solitaire du Figaro ayant enregistré des écarts dérisoires à l’arrivée, les compteurs étaient donc pratiquement remis à zéro au départ de la baie de Saint-Brieuc, dimanche 2 septembre. En franchissant la ligne d’arrivée mercredi 5 septembre à 4 heures 05 devant Portosin (Espagne), Sébastien Simon (Bretagne-CMB Performance) a quelque peu déblayé le terrain en creusant cette fois-ci de réels écarts avec ses principaux adversaires directs dans cette course.
  • Publié le : 05/09/2018 - 14:39

Sébastien Simon avale le golfe et prend le pouvoirAvec 20 minutes d'avance désormais sur son premier dauphin, Sébastien Simon peut sabler le champagne.Photo @ Alexis Courcoux

Venu pour essayer de remporter enfin cette Solitaire qu’il dispute pour la cinquième fois, Sébastien Simon a finalement devancé Xavier Macaire (Groupe SNEF) suivi par Éric Péron (Finistère Mer Vent) après 2 jours, 14 heures et 5 minutes d’une cavalcade de 520 milles avalés au portant dans le golfe de Gascogne.

Sa joie du Vendéen était évidente la nuit dernière lorsqu’il est entré dans la superbe petite marina espagnole de Portosin, située dans la Ria De Murios-Noia, au Sud du Cap Finisterre. Il venait de remporter sa 2e étape de Solitaire dans sa carrière de figariste.

Une timbale méritée tant il a dominé les débats dans sa traversée du golfe de Gascogne, fonçant sous spi vers les terres de Galice. Le jeune skipper de 28 ans pouvait du coup jubiler lorsque les micros se tendus vers lui : «Je suis hyper heureux, il n’y a plus qu’à faire la même chose sur les étapes suivantes »

«Celle-ci a été bien dure, a-t-il admis ensuite. J’avais une petite revanche à prendre par rapport à la première étape et la chance m’a souri, cette fois. La première nuit a été un peu compliquée, je faisais tout à l’envers. Finalement, je me suis accroché et après, il y a eu du portant, de la glisse, du vent : tout ce que j’apprécie. Je les ai doublés un par un mais à la fin tout a failli être remis en question. Cela revenait derrière moi. Je ne comprenais pas d’où ils venaient, mais – gros coup de bol – je suis reparti avec la pression, le vent de l’orage sans doute.»

L’empannage au bon moment

Le plaisir simple de la glisse, avec des moyennes souvent au-delà de 13 nœuds, peut en partie expliquer ce brillant succès. Mais c’est surtout un choix stratégique idoine dans le golfe de Gascogne qui a propulsé Sébastien Simon vers la ligne, suivi comme son ombre par un Éric Péron (Finistère Mer Vent) tout aussi inspiré.

«J’allais plus vite sous spi, il n’y a pas photo, et j’ai été le premier à empanner, explique encore l’heureux vainqueur du jour. Les autres ont essayé de viser le cadre parfait, à 200 milles du cap Finisterre. A mon avis, c’était trop ambitieux. J’ai préféré exploiter tout de suite les oscillations donc j’ai empanné avant eux.»

Sébastien Simon avale le golfe et prend le pouvoirLe tiercé gagnant de la seconde étape : Sébastien Simon, suivi de Xavier Macaire (à gauche) et d'Eric Péron.Photo @ Alexis Courcoux

«Cette option m’a en plus permis d’être dans une autre optique puisque je naviguais pratiquement tout seul désormais. Je me suis un peu reposé la deuxième nuit alors que les autres étaient tous à la barre à se tirer la bourre. Après, ça a beaucoup bougé avec l’orage quand on est arrivé au Nord de la Galice, j’en ai bien profité et j’ai su conserver mon avance.»

Dix-neuf minutes et cinquante-sept secondes après le Sablais, Xavier Macaire (Groupe SNEF) s’emparait de la 2e place au nez et à la barbe d’Éric Péron (Finistère Mer Vent) pour neuf minuscules secondes. Les minutes s’écoulaient irrémédiablement pour les suivants tirant la langue vers le but. Et le vainqueur pouvait alors encore plus éplucher sa banane tandis que Jean Couadou, le président du comité de course, égrainait les temps d’arrivées à la VHF.

Contre-performances

A noter pour cette étape les contre-performances de vieux routiers comme celles d’Alexis Loison (Custo Pol) qui termine 17e, d’Erwan Tabarly (Armor Lux), 18e, de Vincent Biarnès (Baie de Saint-Brieuc), 23e, ainsi que celle du grand meneur de la première étape en Bretagne, Gildas Mahé (Breizh Cola) relégué aux pelotes cette fois, puisqu’il termine en 29e position

Le départ de la 3e étape sera donné depuis la Ria de Muros-Noia samedi 8 septembre à midi. Direction la Vendée et Saint-Gilles-Croix-de-Vie au bout des 440 milles de course, via la bouée Sud du banc de Guérande.

Sébastien Simon avale le golfe et prend le pouvoirMalgré ses talents d'équilibristes, notamment, Thierry Chabagny n'est arrivé que5e en Galice.Photo @ Alexis Courcoux

Arrivée des 10 premiers de la 2e étape de la Solitaire URGO Le Figaro (avant jury).

1. Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance) en 2 jours 14 heures 05 secondes

2. Xavier Macaire (Groupe SNEF) à 19 minutes 57 secondes .

3. Éric Péron (Finistère Mer Vent) à 20 minutes 06 secondes.

4. Anthony Marchand (Groupe Royer – Secours Populaire) à 35 minutes 16 secondes.

5. Thierry Chabagny (Gedimat) à 35 minutes 42 secondes.

6. Charlie Dalin (Skipper Macif 2015) à 36 minutes 56 secondes.

7. Alan Roberts (Seacat Services) à 47 minutes 25 secondes.

8. Benjamin Dutreux (SATECO-Team Vendée Formation) à 48 minutes 20 secondes.

9. Thomas Cardrin (Team Vendée Formation) à 49 minutes 55 secondes(1er bizuth).

10. Corentin Douguet (NF Habitat) à 52 minutes 35 secondes.

Classement général des 10 premiers (avant jury)

1. Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance) en 6 jours 04 minutes 48 secondes.

2. Xavier Macaire (Groupe SNEF) à 26 minutes 31secondes du leader.

3. Anthony Marchand (Groupe Royer – Secours Populaire) à 30 minutes 51 secondes.

4. Thierry Chabagny (Gedimat) à 34 minutes 23 secondes.

5. Charlie Dalin (Skipper Macif 2015) à 36 minutes09 secondes.

6. Eric Péron (Finistère Mer Vent) à 48 minutes 09 secondes.

7. Alan Roberts (Seacat Services) à 49 minutes 13 secondes.

8. Benjamin Dutreux (SATECO-Team Vendée Formation) à 1 heure 28 secondes.

9. Corentin Douguet (NF Habitat) à 1 heure 2 minutes.

10. Thomas Cardrin (Team Vendée Formation) à 1 heure 2 minutes 35 secondes(1er bizuth).

Les tags de cet article