Actus

Carnet noir

Tony Bullimore tire sa révérence

Détenteur de plusieurs records de navigation et vainqueur de plusieurs courses au large, le navigateur britannique Tony Bullimore vient de succomber à l’âge de 79 ans des suites d’un cancer de l’estomac diagnostiqué tardivement. Ancien commando de marine, le skipper s’était vu décerner en 1985 le titre de Marin de l’année par la Yachting Journalists Association.
  • Publié le : 31/07/2018 - 15:12

Tony Bullimore tire sa révérenceTony Bullimore en 1988 sur ses terres, à Bristol, lors du lancement du Spirit of Apricot.Photo @ Christian Février

Au cours du Vendée Globe 1996-1997, Tony Bullimore avait passé cinq jours coincé à l’intérieur de la coque de son voilier Exide Challenger retourné dans les mers du Sud avant d’être secouru in extremis par la frégate HMAS Adelaïde de la marine australienne. Après ce sauvetage inespéré qui lui avait valu le titre de «Bouledogue britannique», le skipper avait admis avec une placidité toute britannique : «J’ai bien vu arriver ma dernière heure. Il me restait de l’eau douce et du chocolat. Je priais, et j’attendais.»

Tony Bullimore fut le propriétaire du trimaran Toria, un plan Kelsall, puis il commanda à Nigel Irens le petit trimaran International Technology 82, puis le fameux Apricot, long de 18 mètres, qui gagna tout en 1985. Il commanda plus tard à Martin Smyth, en 1988, le trimaran Spirit of Apricot.

En 2005, Tony Bullimore avait battu le record de la traversée de l’Atlantique Sud à bord de Doha en 11 jours, 10 heures, 22 minutes et 13 secondes, avant de se retirer progressivement de l’univers de la compétition à la voile pour se consacrer à ses affaires personnelles sur ses terres natales.

«Avec sa femme Lalel, Tony avait fondé dès 1966 le fameux Bamboo Club à Bristol. Une boîte célèbre qui reçut Tina Turner et Bob Marley. Tony a fortement aidé la communauté noire anglaise. C'était un homme généreux, fidèle en amitié», dit aujourd’hui de lui notre collaborateur Christian Février.

Les tags de cet article