Actualité à la Hune

Voile-aviron

Le mouton à cinq pattes !

Dans le prochain numéro de Voiles et Voiliers, qui sera en kiosque le 18 mai prochain, nous vous proposerons un essai technique et détaillé d’un bateau étonnant, le Lite XP. Mais ce plan Manuard, conçu pour l’épatante course Race to Alaska, a tout du mouton à cinq pattes. On n’a pas résisté à l’envie de vous le présenter avant que vous découvriez notre n° 568.
  • Publié le : 29/04/2018 - 00:01

Lite XPAvec sa grande légèreté, le Lite XP n'a pas besoin de beaucoup de vent pour marcher vite sous voile et son arrière large à bouchains est gage de stabilité.Photo @ Loïc Madeline
C’est un bateau extraordinaire. Il faut dire qu’il a au départ été imaginé pour une course qui l’est aussi : Race to Alaska (R2AK pour les intimes). Une épreuve extrême qui impose de sortir du port de départ à la rame ou à la pagaie et qui demande une réelle autonomie sur les 750 milles du parcours longeant la côte pacifique du Canada entre Port Townsend (États-Unis) dans l’État de Washington, jusqu’à Ketchikan en Alaska. À l’issue d’une première participation sur un bateau destiné à l’aviron de mer, hâtivement transformé en trimaran et muni d’une petite voile, Mathieu Bonnier s’est remis au travail avec l’architecte Sam Manuard pour finalement proposer un vrai voilier monocoque qui est aussi un vrai bateau d’aviron, puisqu’il est muni d’un banc de nage.

Lite XPFacile à mettre à l'eau et préparer, ce bateau permet de prendre la mer rapidement et sans contrainte.Photo @ Olivier Dupont Delestaint/Lite Boat
Ce Lite XP est aussi une embarcation de raid : il intègre une cabine à l’abri de laquelle deux personnes peuvent s’allonger pour dormir ou se reposer. La recherche du mouton à cinq pattes, à la fois rapide sous voile et maniable à l’aviron, facile à mener et sûr mais performant, a débouché sur un certain nombre de compromis que l’on juge franchement intéressants.

Le Lite XP est d’abord un bateau léger (150 kg), ce qui est indispensable pour bien marcher à l’aviron. Cela tombe bien car cela permet de se contenter d’un gréement raisonnable pour bien avancer sous voile. Pour l’aviron toujours, le bateau ne doit pas être trop large ce qui se marie bien avec une surface de voile peu ambitieuse. En revanche, un lest est nécessaire pour limiter les risques de dessalage. La dérive n’est pas très lourde mais participe réellement à la stabilité. Le poids réduit du mât en carbone joue également sa partition dans la recherche d’une bonne stabilité.

Lite XPLes avirons du Lite XP compensent la panne de vent éventuelle. Idéal pour les épreuves comme Race to Alaska ou Morbihan Challenge. Photo @ Olivier Dupont Delestaint/Lite Boat
On s’étendra sur les qualités de la carène dans un prochain essai mais nous avons été séduits par la simplicité de l’engin comme par la facilité avec laquelle il part au planning. Une participation à la prochaine édition de Race to Alaska (départ le 14 juin) devrait démontrer le potentiel de ce nouveau bateau. S’il y démontre sa fiabilité, il disposera de tous les arguments pour convaincre des plaisanciers pas forcément en recherche d’aventure mais certainement en quête de simplicité et de facilité.

Ce dayboat est en effet aussi facilement transportable qu’un gros dériveur de plage. Avec la simplicité de son gréement, il peut convenir à un public sans beaucoup d’expérience et permet un large programme d’utilisation, depuis la promenade de quelques heures jusqu’au camping côtier. On peut déjà goûter à ses qualités car un centre d’essai a été mis en place à Lorient.

Lite XPCe vrai voilier qui est aussi un vrai bateau d'aviron a été dessiné par Sam Manuard.Photo @ Olivier Dupont Delestaint/Lite Boat

Caractéristiques

Longueur : 5,99 m
Largeur : 1,78 m
Tirant d’eau : 0,15-1,15 m
Déplacement : 150 kg
Mât : 7 m
Grand-voile : 10 m2
Gennaker : 11 m
Construction : sandwich verre-carbone ; aviron et mâts (en deux éléments) carbone
Prix : 25 000 euros (TTC)
Pour plus d’informations : http://rowandsail.liteboat.fr
Contact : xp@liteboat.fr