Actualité à la Hune

Premières Assises du nautisme à La Rochelle

Un premier rendez-vous prometteur

Les premières Assises du nautisme et de la plaisance ont débuté ce mardi 29 mai à La Rochelle en présence de plus de 450 professionnels de cette filière. Organisées par le Pôle mer du groupe Ouest-France, ces rencontres permettront durant deux journées d’échanger sur l’avenir du nautisme dans le cadre d’une douzaine de débats. Organisateur de ces Assises, Pierre Lavialle, directeur du développement du Pôle mer, revient sur les enjeux de ces rencontres.
  • Publié le : 29/05/2018 - 10:19

Pierre LaviallePierre Lavialle, directeur du développement du Pôle mer, et organisateur de cette première édition des Assises du nautisme et de la plaisance.Photo @ D.RVoilesetvoiliers.com : 450 professionnels présents. Un beau succès, non ?
Pierre Lavialle :
Pour ces premières Assises, c’est vrai que nous nous étions fixés un objectif de 350 professionnels présents. C’était ambitieux, déjà, puisqu’il s’agissait d’une première en France. En dépassant largement nos objectifs, soit plus de 450 inscrits, nous prouvons que nous avons répondu à une véritable demande et que notre réponse était la bonne.

Voilesetvoiliers.com : Une réponse délibérément éloignée de celle des salons ?
P. L. :
Les salons nautiques, qu’ils soient à flot ou pas, répondent à une toute autre demande des professionnels. Dans ces salons, les acteurs de la filière nautique tournent délibérément leur action vers leurs prospects, avec des perspectives plutôt commerciales. Nos Assises permettent à ces mêmes acteurs de donner un autre temps à leurs recherches de contacts et de perspectives. Il s’agit aussi pour eux de s’asseoir et de réfléchir ensemble. Nous sommes plus dans le domaine de la R & D et de la table ronde que dans celui du commercial et du marketing. Cette manifestation s’attache à répondre à ce besoin et les professionnels l’ont bien compris en s’inscrivant bien en amont de notre timing.

Voilesetvoiliers.com : Une bonne réponse sur la forme, mais aussi sur le fond ?
P. L. :
En plus de faire intervenir le maximum d’experts dans ces tables rondes, nous avons en effet voulu balayer le plus largement possible les enjeux de cette filière. Qu’il s’agisse de plaisance et de développement durable ou de planification maritime au service de demandes nouvelles, nous nous devions de faire intervenir un panel humain de compétences irréfutables. Les échanges permettront à chacun d’en tirer profit. C’est dans cet esprit aussi que nous avons abordé l’avenir de cette filière face à des défis nouveaux tels que les pratiques du bateau demain, celles du bateau connecté ou du voilier volant, par exemple. La présence à nos débats de grands témoins tels qu’Yves Parlier, en plus de celle d’experts, prend ainsi tout son sens.

VIDEO. Compilation des plus belles images de bateaux à foils.

Voilesetvoiliers.com : Pourquoi La Rochelle ?
P. L. :
Cette ville et sa région entretiennent avec notre groupe des liens historiques auxquels nous sommes très attachés. Michel Crépeau (ancien maire de La Rochelle, ndlr), en son temps, avait voulu inscrire profondément sa ville dans le sillon d’un nautisme de haut niveau et grand public à la fois. Il y est parvenu et ses successeurs veulent perpétuer cette volonté. Au sein du groupe Ouest-France, nous avons toujours accompagné cette volonté d’ancrage. Il était alors naturel qu’en lançant le défi de ces Assises nous nous tournions de préférence vers ce partenaire historique. Dès les premières ébauches de notre projet, Jean-François Fountaine (actuel maire de La Rochelle et co-fondateur du chantier Fountaine-Pajot, ndlr) nous a donné son quitus. Et les acteurs économiques locaux de cette filière ont à leur tour rejoint cette synergie. C’est cette somme d’envies qui nous a permis de tenir notre cap puis de remporter ce pari. Les envies sont souvent plus fortes que les ambitions. L’ADN des gens de mer nous a permis d’étaler toutes les difficultés qui se sont forcément levées sur notre route.

Les Minis à La RochelleLa flotte des Minis dans les bassins de La Rochelle à l'occasion de la 21e édition de la Mini-Transat en septembre 2017.Photo @ Pierrick Garenne GPO
Voilesetvoiliers.com : Un succès qui annonce déjà les Assises de 2019 ?

P. L. : Notre dynamique est bonne et nous avons déjà été approchés par d’autres régions pour lancer ce second pari. Mais il est encore trop tôt pour en parler. Des discussions ont lieu avec le Sud ou sur la façade Atlantique. Attendons ! Mais le cap est le bon, nous en avons maintenant la certitude.